Y’a t’il des risques pour la santé de l’enfant ?

NON, il n’y aucun risque pour la santé de l’enfant, le matériel utilisé étant le même que celui utilisé dans les milieux médicaux.

bebe

L’échographie est une technique médicalement utilisée depuis plus de 30 ans et à ce jour aucun effet néfaste n’a jamais été démontré par l’Académie Nationale de Médecine ou par l’Afssaps (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé). L’Afssaps et l’Académie Nationale de Médecine ont des avis partagé sur l’échographie souvenir mais leurs arguments à l’encontre de l’utilisation non médicale de l’échographie ne sont pas fondés. En effet, les raisons évoquées sont les effets néfastes des ultrasons sur le bébé. Or ce sont ces mêmes ultrasons qui sont utilisés par les gynécologues, parfois à de nombreuses reprises au cours des grossesses de leurs patientes. Or si ces ultrasons étaient réellement néfastes, les gynécologues auraient un devoir d’information envers leurs patientes (Loi Kouchner et code de Déontologie).

Le fond du problème est tout autre. En fait, la plupart des gynécologues considèrent que les centres d’échographie souvenir leur font de la « concurrence ». Ce qui démontre un problème d’incompréhension car nos missions sont totalement différentes.

Donc l’échographie 3D/4D n’est absolument pas dangereuse, pour preuve : voici l’avis d’un gynécologue obstétricien qui s’exprime au sujet d’un centre d’échographie souvenir (source : Fémina …

J.thevenot gynécologue -obstétricien echo 3d-4d: laissez vivre les bébé-life

ECHOGRAPHIE 3D-4D: Laissez vivre les Bébé-life…. DVD Enfant in utero
Posted on Samedi, octobre 09 @ 10:38:57 CEST by 

- Echographie artistique, spectacle, souvenir, affective, de luxe, commerciale, non-médicale, Bébélife, Babyclip, échomaton prénatal, vidéo in utero 

- Le Docteur Jean Thévenot n’a aucun intérêt dans les sociétés commerciales qui réalisent ces DVD souvenirs du bébé à naître. 

- Dans cette tribune à ses confrères, il ne craint pas d’exprimer à contre courrant de la doxa médicale : 

- Je vous trouve en effet tous bien unanimes à fusiller du clavier les photographes de « babylife » et autres entreprises commerciales de photographie prénatale. 
Je suis résolument pour les « Bébélife »…., parce que je ne trouve aucune raison valable de les interdire, sinon une forme de protectionnisme médical, de censure moralisatrice, sans argument scientifique sérieux. 
En fait , les questions ne me semblent pas bien posées. 
En filigrane de tous les commentaires, on trouve en effet : « il faut les interdire, ce n’est pas normal, c’est du commerce et c’est dangereux…. » 
- Il y a d’abord une certaine hypocrisie à brandir aujourd’hui le terrible « danger » des ultrasons, danger dont on ne parlait pas en défendant le développement de l’échographie prénatale médicale : lequel d’entre vous explique aux patientes le danger hypothétique des ultrasons? Si ceux-ci sont dangereux, ou si leurs effets à long terme sont méconnus ou incertains, le devoir d’information du médecin serait de le rappeler à chaque examen échographique… (loi Kouchner et code de déontologie).Qui le fait vraiment? 
- Et qui a condamné sur les médias les gynécos qui font des échos tous les mois, parfois longues, en tous cas médicalement injustifiées? Sûrement pas l’Académie de Médecine, ou alors à voix basse… 
Alors , les dangers des ultrasons , évaluons-les sans passions et on en reparlera. 
- Quant à critiquer les 100 ou 150 euros pour les 10 mn de film ou 3 photos, ce n’est pas sérieux; ce sont des entreprises commerciales qui vivent dans la « vraie vie », la vie où tout a un coût, où il faut amortir le matériel et où des investissements de qualité justifient un paiement à un niveau économiquement fixé par la loi de l’offre et de la demande 
- Ce ne sont pas ces 100 euros qui sont scandaleux. 
- Ce qui est lamentable, c’est le tarif de misère dont bénéficie les médecins échographistes, tarif qui les empêche parfois de s’équiper du matériel le plus performant, et qui a conduit beaucoup d’entre eux à s’arrêter. 
- Ce qui est dramatique, c’est le carcan administratif et économique dans lequel sont enserrés les médecins par une « sécurité sociale » qui crée une insécurité économique pour les médecins et une insécurité médicale pour les patients. 
La seule explication claire à donner aux couples est la suivante: 
- Avec les photographes « artistiques », c’est de la photo ou du cinéma, c’est pour l’album et la famille, mais ça ne montre pas si le bébé est normal ou pas; 
- Avec le médecin , c’est un acte médical, c’est du diagnostic d’anomalies (60% seulement..), et ça n’est pas fait pour amener papy, mamie, les grands-frères et la voisine qui arrêteront ainsi de tourner autour du médecin échographiste en le gênant par leurs commentaires ou leur agitation. 
 Les médecins ont aujourd’hui la chance de pouvoir se recentrer sur les objectifs médicaux principaux de l’échographie; il faut saisir cette chance : le vrai débat de société, nous devons le placer autour des conséquences médicales et éthiques de la médecine prénatale. 
- Car le danger pour les ftus ne vient pas des ultrasons artistiques, il vient de l’installation insidieuse d’un eugénisme échographique prénatal médicalisé dont NOUS sommes responsables et pour lequel nous jouons moins les vierges médiatiques effarouchées. 
Il y a quelques jours, j’ai vu avec horreur une à 30SA sur une fente labiale simple acceptée par un centre pluridisciplinaire : cet enfant a été éliminé in utero par la conjonction d’une famille qui le refusait et des médecins complaisants (pour ne pas dire complices). 
Alors que l’on ne me dise que c’est l’échographie artistique qui est dangereuse pour nos futurs descendants. 
Amicalement et polémiquement votre!

J.THEVENOT 
Gynécologue -Obstétricien